Construire, former et accompagner les médecins généralistes

dernière modification de cette page : 20/03/2021

La mission du DMG de Rouen est de former des médecins généralistes capables de répondre avec pertinence aux demandes des patients alors que les problèmes de santé rencontrés en soins primaires sont souvent multiples et complexes.

Cette exigence sociétale nécessite la mise en place d’une démarche continue, tout au long du DES de médecine générale, pour attester l’acquisition des compétences nécessaires à l’exercice de la profession de médecin généraliste.

Le modèle d’apprentissage met l’accent sur celui qui apprend, plutôt que sur celui qui enseigne. A l'image d'une démarche centrée sur le patient, ce modèle d'apprentissage est centré sur l'apprenant. L’enseignant est alors vu comme un « facilitateur d’apprentissage » : il est là pour guider l’interne sur le chemin de l’autonomie. Les apprentissages s’y établissent dans une logique de compétence, c’est-à-dire qu’ils participent à la construction et la mise en œuvre d’un « savoir-agir complexe », au travers d’un ensemble de situations authentiques ayant nécessité la mobilisation et la combinaison de différentes ressources.

Le dispositif pédagogique mis en place par le DMG de Rouen repose sur six compétences génériques du médecin généraliste et onze familles de situations exemplaires, élaborées au niveau national par le Collège national des généralistes enseignants (CNGE).

Cette approche privilégie l’autonomisation de l’interne, depuis l’identification de ses propres besoins de formation jusqu’à son auto-évaluation dans le cadre d’une pratique réflexive. La réflexivité consiste à réfléchir dans l’action, y compris sur sa propre manière d’agir. Elle nait souvent à la suite d’un évènement marquant ayant conduit à la recherche d’une explication ou d’une solution.

Ce modèle théorique a donc pour objectif de former des professionnels de santé compétents, autonomes et réflexifs. Il ne s’agit pas simplement d’apprendre ou d'accumuler du savoir ou des connaissances mais d'acquérir une réflexion, une posture critique et une curiosité d'apprentissage s'intégrant dans une démarche de formation professionnelle continue.

Des stages

Tous les lieux d’apprentissage participent à l’acquisition de compétence (stages hospitaliers, stages ambulatoires). De nombreux enseignants sont ainsi impliqués dans la formation des internes de médecine générale, au premier rang desquels figurent les maîtres de stage des universités (MSU).

Des échanges entre pairs

Les enseignements facultaires s’articulent principalement autour de groupes d’échanges de pratiques (GEP). Chaque groupe est constitué en moyenne de 12 internes issus d’une même promotion et d’un enseignant formé à l’animation. Ce dernier accompagne le groupe tout au long du DES de Médecine générale. En tant qu’animateur, il facilite les échanges entre internes et leurs réflexions à partir des situations authentiques.

Un tutorat

Un tuteur.trice est attribué à chaque interne en début de DES pour l’accompagner tout au long du cursus. Ce soutien comprend une aide pour l’évaluation, un suivi, des conseils pour les apprentissages, des conseils pour le choix de stages et du plan de formation en fonction du projet professionnel, ainsi qu’un recours en cas de difficulté pendant le cursus. Le tuteur.trice guide l'interne pour la production de « traces d’apprentissage » qu’il évalue chaque semestre et l'aide ainsi à construire le portfolio pour ses évaluations des fins de phase socle et d’approfondissement. Le portfolio de chaque interne collige tous les travaux produits au cours du DES de Médecine générale. Il permet de suivre sa progression tout au long du cursus (compétences, familles de situations, stages, etc.), en vue de la soutenance du DES de Médecine générale.