Veille bibliographique : COVID-19 et impact sur la pratique

dernière modification de cette page : 12/05/2020

  • 11/05/2020 Une retour de la confiance vaccinale face à la crise ?

Harrison EA, Wu JW. Vaccine confidence in the time of COVID-19. Eur J Epidemiol. avr 2020;35(4):325‑30.

L'épidémie de COVID 19 amène les auteurs à repenser le concept de Santé Publique en allant au-delà de la simple proposition d'un vaccin. Le seul succès d'un vaccin contre le COVID ne suffira certainement pas à restaurer la confiance vaccinale. Plusieurs points sociohistoriques sont à considérer:

- L'émergence de la vaccination à la fin du XIXe siècle a a érodé le champ d'action de la Santé Publique notamment social et environnemental.

- Les vaccinations de masses ont été parfois perçues comme des mesures soustrayant l'état à d'autres priorités sanitaires jugées plus urgentes

- L'imposition de lois vaccinales sous-tendant que la liberté de l'individu doit parfois être subordonnée au bien-être commun, renforce l'assimilitaiton de la vaccination à une contrainte étatique.

- La logique du choix (logic of choice) serait trop prépondérant sur la logique du soin (logic of care). Alors que la logique de soins place le patient au centre des pratiques dont les services des professionnels de santé font partie, la logique de choix semble se concentrer sur la séparation des pratiques des professionnels de santé et des patients.

Les mesures vaccinales sont appelées à être collectivement construites en incluant les communautés, les individus et l'État. La restauration d'une confiance vaccinale pourrait être un meilleur indicateur de Santé Publique que le simple succès d'un vaccin.


  • 05/05/2020 COVID et personnes âgées

Nguyen S, Major K, Cochet C, Bizzozzero T, Barbarossa L, Bosshard W, et al. COVID-19 infection in the elderly in French-speaking Switzerland: an inventory of beliefs, convictions and certainties. Rev Med Suisse. 29 avr 2020;16(N° 691-2):835‑8.

Les présentations cliniques sont multiples chez les personnes âgées (PA), un tableau les récapitule. La PCR sur frottis anal peut être une option en cas de symptômes gastro-intestinaux majeurs et notamment si PCR nasopharyngée négative. L’intensité de prise en charge dépend du patient et de ses comorbidités. Un algorithme d’aide à la réflexion est proposé intégrant l’estimation de l’espérance de vie. Le risque plus important chez les PA, peut amener la rédaction d’un projet de soin anticipé valorisant l’autonomie du patient. Un lien pour un guide d’entretien dans le contexte du COVID réalisé par un service de soins palliatif est disponible.


  • 30/04/2020 Risques psychologiques chez les soignants en période épidémique

El-Hage W, Hingray C, Lemogne C, Yrondi A, Brunault P, Bienvenu T, et al. Les professionnels de santé face à la pandémie de la maladie à coronavirus (COVID-19): quels risques pour leur santé mentale? L’Encéphale, 22 avr. 2020 ;

Il s'agit d'une revue de littérature française concernant la santé mentale des soignants exposés au risque infectieux du COVID mais également des deux dernières épidémies de SARS CoV1 et grippe H1N1. Les soignants de première ligne ont un risque augmenté de détresse psychique. Un des facteurs majeurs de ce constat est l'adaptation dans un contexte d'incertitude notamment pour le COVID19. Pour prévenir les troubles psychiques chez les soignants, il conviendrait de renforcer les facteurs de résilience : l'encadrement institutionnel avec des mesures claires et adaptées au terrain (ad hoc), un soutien logistique et des visites systématiques aux équipes (maraudes) pour repérer des situations de vulnérabilités. La glorification sociétale du corps soignant est un facteur protecteur à court terme.