Médecine du Travail : Pr Gehanno et Pr Fantoni-Quinton

dernière modification de cette page : 24/05/2020

Mise à jour le 10 Mai 2020

Sources de la Société Française de Médecine du Travail

Recommandations du 10 mai 2020 concernant le retour au travail
+ Annexe 3 : algorithme de synthèse d'aide pour le MG

Avis du 6 avril 2020 relatif à l’âge et à l’affectation des travailleurs en milieu de soins : Risques d’apparition de formes sévères et de décès chez les personnels soignants atteints par le COVID par classe d’âge

Avis du 6 avril 2020 relatif à l’affectation, dans le contexte de l’épidémie SARS-CoV-2 (Covid-19), des professionnels exerçant en milieu de soins et travailleurs assimilés, présentant des maladies inflammatoires / dysimmunitaires traitées par biomédicaments et thérapies ciblées

Avis du 7 avril 2020 relatif à l’affectation, dans le contexte de l’épidémie SARS-CoV-2 (Covid-19), des professionnels exerçant en milieu de soins et travailleurs assimilés, présentant un asthme


Foire à Questions :

Réponses du Pr Sophie Fantoni-Quinton

Professeur de médecine du travail/ Docteur en droit
CHRU Lille, UF Pathologies professionnelles et Maintien dans l’emploi – Employabilité (Médecine du travail)
Université Lille2, Centre de Droit et Perspectives du droit, EA 4487

1)        Des employeurs demandent des certificats de non contre-indication à la reprise du travail après le déconfinement. Comment gérer ces demandes pour les médecins généralistes, est-ce la prérogative médecine du travail ?

Le médecin traitant n’a pas à accéder à une demande de l’employeur qui doit se tourner vers son service de santé au travail s’il craint un risque pour un de ses salariés en sachant que chaque employeur doit préparer le déconfinement en réévaluant ses risques professionnel et en mettant en place toutes les mesures barrières adéquates qui sont en ligne et accessibles sur le site du ministère du travail.

 

2)        Et si un de nos patients à risque accru nous fait cette demande ?

Vous avez maintenant une ligne de conduite assez claire délimitée par l’assurance maladie pour les certificats d’isolement, les arrêts de travail concernant les salariés/non-salariés à risque de maladie grave, ALD 30 ou non, etc (cf. tableau récapitulatif : https://www.ameli.fr/assure/actualites/covid-19-modification-du-dispositif-dindemnisation-des-interruptions-de-travail-des-salaries

Hors des cas listés, en cas de facteurs de risque cumulés et/ou limites, en cas de doute sur la situation de travail et ses risques vous pouvez vous rapprocher avec l’accord du patient du médecin du travail ou l’orienter vers une visite de pré-reprise ou de reprise ou à sa demande, selon qu’il est en arrêt de travail, envisage la reprise ou est actuellement en travail ou télétravail.

   

3)          Il est même parfois demandé des certificats d’aptitude à la reprise après une affection COVID là encore prérogative médecine du travail ? Sinon avec quelles précautions remplir ces certificats ?  

Ne pas remplir ces certificats, il s’agirait d’une erreur déontologique dans la mesure où vous pouvez renouveler un arrêt de travail ou l’arrêter mais non rédiger de certificat de reprise, prérogative des missions du médecin de santé au travail qui fait la synthèse de l’état de santé et des conditions de travail ainsi que des mesures effectives de prévention que seul lui peut évaluer au plus près.

Algorithme Aide à la décision pour le MG pour le retour au travail - SFMT
Algorithme Aide à la décision pour le MG pour le retour au travail - SFMT